Histoire et Patrimoine

Patrimoine Naturel

 

La commune de Valdivienne comprend trois zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique représentant 4% de la surface de la commune :

• Le bois de Mazère.
• La vallée de l'Aubineau.
• Le coteau du Peu.

Le bois de Mazère
A quelques kilomètres au sud de Chauvigny, le bois de Mazère est une zone d'intérêt écologique, faunistique et floristique. Elle englobe un coteau boisé situé sur le rebord du plateau qui domine la rive droite de la vallée de la Vienne d'une quarantaine de mètres.
Le substratum sédimentaire est recouvert ici de "terre de groie", un sol argilo-calcaire peu profond formé sur les argiles issues de la décalcification des calcaires jurassiques durs sous-jacents.Ces sols et le climat régionale caractérisé par un climat océanique tempéré, ont généré un boisement caractérisé par une chênaie mixte dominée par le chêne pubescent, mêlé d'alisiers et d'érables et de quelques pins sylvestres introduits par l'homme. Les arbustes sont représentés par le Troène, la Viorne lantane et la Garance qui occupent une place prépondérante.
Comme fréquemment dans les chênaies pubescentes, le peuplement arboré est troué de petites clairières qui contribuent à multiplier le linéaire de lisières internes et où se développent des pelouses sèches à l'aspect ras et peu productif mais d'un grand intérêt botanique. Ainsi, la flore rassemble un riche cortège de plantes thermophiles, parmi lesquelles un remarquable peuplement d'orchidées. Si certaines d'entre elles, comme les ophrys au curieux labelle imitant divers insectes, sont assez répandues dans la région, d'autres ont une répartition beaucoup plus limitée : c'est le cas de deux espèces du genre Epipactis : l'Epipactis à petites feuilles et l'Epipactis de Müller. Ces deux plantes sont très rares et disséminées dans l'ensemble de la région du Poitou-Charentes, où elles bénéficient d'une protection officielle. Les ourlets chauds et secs du bois s'ornent également, au mois de juin, de la présence de plusieurs centaines de pieds de Céphalanthère rouge, une magnifique orchidée aux corolles d'un rose profond qui voisine localement avec l'étonnant Limodore, une autre espèce d'orchidée, quasiment dépourvue de chlorophylle et vivant en saprophyte sur les racines de divers végétaux. Toutes ces espèces rares ou spectaculaires poussent ici en compagnie de nombreuses autres plantes thermophiles affectionnant les sols secs et les climats ensoleillés qui, bien que moins rares, contribuent néanmoins à constituer des lisières fleuries d'une grande diversité floristique et d'une grande qualité esthétique : lins, hélianthèmes,épiaires, germandrées, coronilles...