Histoire et Patrimoine

Patrimoine Religieux

vitrailradegondemorthemer

 

 

Vitrail Sainte Radegonde (Morthemer)

 

 L'église Notre Dame de Morthemer   

La collégiale Notre-Dame de Morthemer est une église romane des XIe et XIIe siècles, crypte du XIVe siècle. C'est un édifice complexe. L'église était, autrefois, intégrée au château. Elle possède une nef unique de cinq travées. Le transept est dissymétrique. Le chœur est en hémicycle et il surmonte une crypte.

La crypte et le sanctuaire appartiennent à une première campagne de travaux datant du XIe siècle. Une deuxième campagne a lieu au XIIIe siècle qui voit la construction du 

Chapelle Morthemer

transept, du clocher, et des voûtes de la nef. Le style gothique Français apparait à ce moment dans l'église qui est alors devenue une collégiale. L'édifice a été fortifiée au XIVe siècle. Elle a été restaurée au XIXe siècle.

Le clocher- porche est surmonté d'une flèche en pierre.
Le chevet a conservé des modillons sculptés dont certains sont ornés de visages ou de personnages en pied, montrant l'inépuisable créativité des sculpteurs romans :

• des masques d'animaux difficilement reconnaissables. À l'époque romane, l'église, havre de paix et du salut, était largement considérée comme environnée par des forces menaçantes. L'effroi symbolique procuré par ces figures atropopaïque maintiendrait les êtres et les forces démoniaques loin de la cité divine (l'église) et ses habitants (les croyants).

• une vache reconnaissable à ses belles cornes bien dessinées
• un masque d'homme hurlant, toutes dents dehors. Le masque est une contrefaçon du visage humain. Il symbolise la fausseté et la tromperie.
• Un acrobate, les jambes encadrant sa tête.
• Une tête d'homme qu'entourent les bras de ce dernier.
• Un chat mettant son sexe dans sa bouche : le chat est un animal satanique et maléfique.
• Des félins ou des ours montrant leurs dents. Les félins incarnent les forces maléfiques. Le loup, en tant qu'animal féroce et vorace, symbolise le mal. Il représente les dangers du monde hostile dans lequel vivaient les paysans du Moyen Age. L'ours, avec sa faculté de se dresser sur ses pattes postérieures, fait penser à l'homme, sans pour autant, être l'ami de l'homme. L'ours signifie la violence et la cruauté, celles qui existent en chaque homme. L'ours vivant dans des grottes, il semble issu des entrailles infernales de la terre.

• Des rouleaux
• Le portrait d'un homme ayant une barbe très travaillée.
La crypte est à trois vaisseaux et elle a la particularité d'abriter des peintures murales de style gothique datant du XIVe siècle. La peinture représente un Christ en Majesté sur la voûte et une Vierge à l'Enfant sur le mur est. C'est une bonne illustration du développement du culte de la Vierge à partir des années 1200. Le fond quadrillé est symptomatique de l'influence d'autres arts sur la peinture du Moyen Âge tels que les enluminures ou le vitrail. Les peintures ont été découvertes en 1978.
La collégiale abrite deux enfeus des XIVe siècle ainsi qu'un gisant de Renée Sanglier, épouse de Mathurin Taveau, seigneur de Morthemer avant 1512. Belle Vierge à l'Enfant en bois polychromé du XVIIe siècle.
L'église est classée Monument Historique depuis 1908.

 

L'église Notre-Dame de la Chapelle-Morthemer              

L'église a été construite vers la fin du XIe siècle. Elle a été ensuite remaniée et restaurée aux XIIe, XVe et XIXe siècles.
L'église a son abside classée Monument Historique depuis 1910.DSC 1030


La nef est prolongée par un sanctuaire roman avec une abside en hémicycle. Des contreforts colonnes romans raidissent le chevet. Sur le chapiteau qui coiffe l'une de ces colonnes, un petit guerrier armé d'une lance tient un rameau de feuillage. Le chevet a conservé ses modillons romans.Le décor est varié :

• des formes géométriques simples.
• des têtes d'animaux stylisés de la faune sauvage :des félins,un loup,un renard, un sanglier ou domestique : une vache avec ses cornes sur la tête et ses petites oreilles, ou une chèvre avec sa tête plus fine que celle de la vache et surtout avec deux cornes plus délicates et plus longues. Un cochon est aussi représenté. Il symbolise la goinfrerie, la saleté, l'ignorance, la luxure et l'égoïsme.
• de savants entrelacs se terminant par des feuilles.
• des visages notamment une belle tête de femme.
• des personnages en pied tel le moine présenté de face, la tête surdimensionnée, tenant dans sa main un arbre et dans l'autre un bâton.

La finesse des traits, la qualité d'exécution de l'ensemble de cette œuvre montre l'inépuisable créativité des sculpteurs romans.
Le clocher-porche est de style gothique. Il est surmonté d'une flèche octogonale en pierre. Sur ses parements extérieurs, il est possible de voir de nombreuses marques lapidaires. Le clocher renferme trois cloches. L'une d'elles date de 1696. Les deux autres sont de 1888.

 

L'église Saint-Hilaire de Salles-en-Toulon          

C'est une église du XIIe siècle. Elle est de style roman. Elle était l'église d'un prieuré qui dépendait de l'abbaye d'Airvault. L'église Saint-Martin a été progressivement supplantée par l'église Saint-Hilaire.DSC 1012


Amputée par la démolition de sa nef, elle se réduit désormais, à son petit sanctuaire fermé par un mur moderne. Elle conserve quelques éléments de son décor sculpté et des traces de peintures anciennes.

L'église est inscrite comme Monument Historique depuis 1988 sauf pour le mur pignon ouest qui est classé Monument Historique depuis 1924.

L'église fut probablement construite au bord de la Vienne pour desservir un gué très fréquenté. L'édifice a du être construit vers les années 1100. C'est un bâtiment au plan simple : un rectangle avec un chevet plat. La nef est voutée et se compose de quatre travées inégales.
L'église est remarquable par le décor énigmatique de sa façade. La façade est romane. Elle est percée d'un portail placée entre deux arcades aveugles. Le décor se compose
• d'un Christ en Majesté, de facture grossière. Ce bas relief est encastré dans le mur pignon, au-dessus d'une petite baie
• d'un chapiteau qui représente des lions comme souvent en Poitou. Ces lions ont l'arrière train retourné. Ce chapiteau est aussi visible à l'église Saint-Pierre de Chauvigny, dans le chœur, au niveau des arcades du premier étage
• d'un chapiteau décrivant une scène de pêché originel,
• d'un relief historié, d'interprétation incertaine, a été encastré dans le faux tympan de droite.
Le bénitier est roman.

 

La chapelle Cubord

La chapelle est classée Monument Historique depuis 1924
La chapelle était le sanctuaire de l'ancien prieuré du XIIIe siècle de Cubord. Le prieuré est à l'abandon depuis le XVIIe siècle. Le prieuré dépendait de l'abbaye de Saint-Benoit de Quinçay.
C'est une construction rectangulaire qui est couronnée par une corniche génoise à trois rangs de tuiles. Un large escalier en pierre sous auvent donne accès à un premier étage, tandis que le rez-de-chaussée abrite les caves et le cellier.A quelque mètres, un petit bâtiment abrite le four à pain et la buanderie dont le cuvier ou ponne est conservé.
De la chapelle du XIIe siècle, ne subsiste de nos jours, que le chœur rectangulaire à chevet plat. Sur la façade occidentale,est percé le portail. Il est couvert d'un arc brisé porté par des colonnes surmontées de chapiteaux romans. Le clocher plat à jours s'achève par un pignon triangulaire accosté de deux pinacles en forme de pomme de pin, symbole d'éternité.
À l'intérieur, la chapelle conserve un autel en pierre et quelques rares traces d'enduits peints sur les murs.

 

La chapelle du Pas-de-Saint-Martin

C'est une construction simple qui pourrait dater du XVIIe siècle.
À l'intérieur, affleure une roche présentant une cupule que la tradition populaire identifie à une empreinte laissée en ce lieu par Saint Martin.
La croix hosannière du cimetière de Morthemer
La croix hosannière est située dans le cimetière de Morthemer. Le socle de la croix est composé de trois assises de pierre de taille aux arêtes verticales adoucies par des colonnettes. Il est surmonté d'une table chanfreinée. Le fut de la croix est à base carrée. Il présente quatre colonnes groupées. Ces dernières sont surmontées de chapiteaux allongés qui présentent trois rangées de feuilles pointues en faible relief. La croix hosannière est de style roman tardif.
La croix hosannière tire son nom de l'hébreu "hosanna" qui est le premier mot d'une hymne chantée le jour des Rameaux. Il était de tradition, pour les villageois de Morthemer de se rendre en procession jusqu'au cimetière ce jour-là. Les villageois se réunissaient au pied de ce calvaire pour chanter l'Hosanna.
C'est une des plus belles croix du pays chauvinois.
Elle est inscrit comme Monument Historique depuis 1986

DSC 1010


 

L'église Saint Martin de Saint Martin la Rivière     

Avant la révolution, la cure de Saint Martin était au chapitre de Morthemer. Il existait une église qui a été démolie en 1896. De celle ci n'est connue que la façade qui avait la forme d'un rectangle surmonté d'un pignon triangulaire, sommé par un clocher carré à flèche pyramidale.

 Le portail central, à trois archivoltes en arc brisé, était accompagné à droite et à gauche, d'arcades aveugles. Le style de l'ensemble se rapportait à la fin du Roman (XIII ème siècle).

La construction de l'édifice actuel a commencé dès la destruction de l'ancien et s'est achevé en 1898. La nouvelle église est de style néo-gothique. L'église comprend un clocher en oeuvre avec tribune, un vaisseau unique de cinq travées, deux chapelles formant un faux transept et un sanctuaire garni d'un maître-autel richement exécuté.